Devenez propriétaire
avec le prêt à taux zéro 2019 !

Comment souscrire son 1er crédit ?

Quel que soit l’âge auquel on contracte son premier crédit immobilier, c’est toujours une étape importante. Un crédit est un engagement dans la durée qui impacte le quotidien, le budget et parfois même la famille entière. Voici quelques conseils pour obtenir un prêt dans les meilleures conditions tout en préservant son équilibre financier.

L’âge du 1er crédit immobilier

Les millennials nés dans les années 1980 à 2000 sont les acheteurs de demain. Mais si l’intention d’investir dans la pierre est toujours présente même pour les futures générations, le budget est quant à lui revu à la baisse. Pour la plupart des premiers achats, il est inférieur à 200 000 €. Une somme souvent incompatible avec le salaire des jeunes mais aussi avec le prix de l’immobilier dans certaines zones géographiques. Pour lever ces freins, nombreuses sont les banques qui proposent des prêts longue durée sur 30 ou même 35 ans.
8 ans, c’est en moyenne le moment où les propriétaires revendent leur bien immobilier et mettent donc fin à leur crédit en le remboursant.
Ces mêmes jeunes sont 30 % à planifier un achat immobilier dans les deux ans à venir contre 22 % des 35-41 ans et 13 % des 42-52 ans.

1er crédit : présenter un profil emprunteur favorable

Un bon profil emprunteur est une situation équilibrée qui permet de rassurer les banques. Autrement dit, cela implique que les comptes bancaires du candidat à l’achat sont à l’équilibre depuis au moins 6 mois, qu’il est capable de mettre de l’argent de côté par l’intermédiaire d’un compte épargne et qu’il a une situation professionnelle stable, un CDI ou un CDD assorti d’une promesse d’embauche. Un salaire mensuel confortable ainsi qu’un apport personnel permettent quant à eux d’emprunter davantage tout en offrant encore plus de suretés à l’établissement financier. Si les banques favorisent les couples avec un salaire cumulé supérieur à 3 000€, les célibataires ont eux aussi toutes leurs chances dès lors qu’ils peuvent apporter les garanties nécessaires. A noter, la règle implicite des 30% d’endettement qui implique que le remboursement mensuel du prêt ne doit pas représenter plus d’1/3 des revenus du ménages. Aussi, pour doper son profil et donner à son projet toutes les chances de réussir, il faut solliciter toutes les aides possibles, qu’il s’agisse des proches ou des dispositifs nationaux tels que le PTZ.

Les critères de négociation d’un crédit immobilier

Le taux d’intérêt du crédit est sans doute le paramètre le plus déterminant dans le cadre d’un achat immobilier. Il permet aux ménages de comparer les propositions des banques et aux banques elles-mêmes de négocier avec leurs clients. Si les taux d’intérêt sont globalement bas depuis plusieurs années, ils ne sont pas moins évolutifs. En effet, libre à chaque organisme financier de les ajuster en fonction des dossiers qu’ils ont à traiter, et aux futurs acquéreurs de négocier. La domiciliation des comptes et notamment du salaire peut également permettre à l’acquéreur de bénéficier d’avantages comme un taux préférentiel. Attention, il ne s’agit en aucun cas d’une obligation. Le client peut en effet décider de contracter un prêt immobilier auprès d’une banque et de conserver ses comptes dans un autre établissement. Mais à l’inverse, la banque peut refuser de vous accorder un prêt si ses conditions ne sont pas respectées. Autre élément de négociation et non des moindres, l’assurance emprunteur. Elle non plus n’est pas obligatoire mais elle offre une garantie supplémentaire aux banques, en accompagnant le souscripteur en cas de chômage, d’invalidité ou de décès. Nombreuses sont les banques qui proposent directement un contrat d’assurance prêt, mais libre au client de préférer une compagnie indépendante.