Devenez propriétaire
avec le prêt à taux zéro 2019 !

PTZ : pourquoi sa suppression viendrait plomber les ventes dans le neuf.

 

Une hausse de la construction liée aux aides à l’accession.

En 2018, le marché du neuf avait perdu 11,2 % d’adeptes par rapport à l’année précédente. Mais, sur la première partie de l’année 2019, le dynamisme du crédit immobilier entraîne une hausse du volume des transactions ce qui profite au secteur de la construction. Ainsi, le premier semestre affiche une hausse de 4,7 % du volume des ventes. De quoi redonner le sourire aux professionnels de la filière. Mais pour l’Union des Constructeurs et Aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB), cette bonne nouvelle doit être prise avec une certaine mesure, car elle est intimement liée aux mesures gouvernementales en matière d’aide à l’accession. En effet, l’an dernier, le recentrage du prêt à taux zéro (PTZ) et des dispositifs Pinel et APL accession, au détriment des zones B2 et C, avait pour beaucoup dissuadé les ménages de se lancer dans un projet de construction dans une commune rurale.

Le PTZ influence le volume des ventes et des mises en chantier.

Le PTZ influence le volume des ventes et des mises en chantier Pour les professionnels, ce regain d’intérêt pour le neuf en 2019 pourrait également s’expliquer par la disparition annoncée du PTZ en zone rurale en décembre 2020. L’an dernier, le recentrage du dispositif sur les zones les plus tendues, A, Abis et B1 avait réduit la part d’une acquisition pouvant être supportée par le PTZ de 40 à 20 % dans les zones B2 et C. Une mesure qui a conduit les transactions réalisées à baisser de 23,7 % et les mises en vente de 43,6 % dans ces zones où l’offre de logement est considérée comme supérieure ou équivalente à la demande. Le projet de loi de finances pour l’année 2020 devrait être déterminant pour l’avenir du PTZ. Mais sa suppression programmée après le 31 décembre 2020, dans les zones B2 et C, pourrait ne pas être remise en question avec la tenue des élections municipales l’an prochain, période généralement calme en nouvelles mesures et réformes.

La France, un territoire plus rural qu’on ne le pense.

Essentiel à certains ménages dans le cadre d’un projet immobilier, le PTZ l’est d’autant plus pour les primo-accédants et les ménages les plus modestes qui peuvent profiter des prix bas du foncier en zone rurale pour devenir propriétaires. Souvent oubliée face aux grandes métropoles et agglomérations françaises, la ruralité couvre pourtant 93 % du pays et accueille 60 % de la population. Le maintien du dynamisme immobilier dans ces aires est donc un enjeu de taille. Pour les professionnels, la prorogation du PTZ après 2020 permettrait de conserver voire d’augmenter légèrement les volumes actuels de vente dans le neuf pour un surcoût modéré de 31,2 millions d’euros.