Devenez propriétaire
avec le prêt à taux zéro 2019 !

Le nombre de PTZ délivrés début 2019 est en hausse

construction-primoaccedant-ptz Au premier trimestre 2019, le prêt à taux zéro a bénéficié à davantage de ménages par rapport à la même période en 2018. Une tendance qui concerne en particulier le secteur de la construction et notamment les maisons individuelles en zone C. Si rien n’est encore annoncé en ce qui concerne l’arrêt ou la prorogation du dispositif, les professionnels demandent que le dossier soit étudié afin qu’il continue à bénéficier aux primo-accédants.

Le nombre de PTZ accordés est en hausse sur la plupart des segments

12 850 PTZ ont été accordés durant le premier trimestre 2019 contre 10 915 durant le premier trimestre 2018. Soit une hausse de 17,7 %. Plus en détails, c’est le secteur du neuf qui ressort grand gagnant avec une hausse de 20,3 % de prêts à taux zéro accordés entre 2018 et 2019. En revanche, le montant moyen des PTZ émis est en baisse de 8 %, passant ainsi de 56 170 euros en 2018 à 51 666 euros en 2019. Et c’est de loin la maison individuelle qui illustre le mieux la hausse des demandes de PTZ avec une évolution de +29 % en un an, passant de 6 815 à 8 794 prêts distribués entre 2018 et 2019. Une augmentation que les professionnels tendent toutefois à relativiser, l’année 2018 ayant été plutôt mauvaise sur ce segment. Quant aux PTZ émis dans l’immobilier collectif, leur nombre reste stable avec 4 100 prêts au T1 2018 et 4 056 prêts au T1 2019.

Quel avenir pour le PTZ en zones B2 et C ?

En comparant le nombre de prêts à taux zéro accordés en France en fonction des zones géographiques, on s’aperçoit que la menace qui pèse actuellement sur les zones B2 et C a par ailleurs accentué la demande en début d’année. + 40 % de PTZ accordés en zone C dans le neuf et l’ancien en HLM, tandis que la zone A enregistre une diminution de 11,5 %. Pour les zones B2 et C confondues, c’est même une augmentation globale de 74 % qui a été observée entre 2018 et 2019. Il faut dire que le contexte était plutôt favorable pour ces zones alors même que la fin du PTZ est prévue pour 2020. C’est d’ailleurs cette annonce ou plutôt le manque de discussion autour de cette annonce qui fait grand bruit auprès des professionnels tels que la LCA-FFB. Il faut dire que les primo-accédants, bénéficiaires du PTZ, sont également des cibles de choix pour la dynamique du marché de l’immobilier ainsi que celle du crédit immobilier. Les taux actuellement très bas et les politiques accommodantes des banques qui n’hésitent pas à prêter à leurs clients, parfois même sans apport personnel, dynamisent le marché et incitent les jeunes à se lancer. Dans ce contexte, le PTZ devrait donc être maintenu.