Devenez propriétaire
avec le prêt à taux zéro 2019 !

Immobilier neuf ou ancien : avantages et inconvénients

Investir dans l’immobilier séduit de nombreux ménages à la recherche d’un placement sûr pour se constituer un patrimoine ou des suppléments de revenu. Mais faut-il privilégier le neuf ou l’ancien, en fonction des problématiques et du profil de l’acheteur ? Impôt, rendement, frais d’acquisition, voici quelques pistes pour y voir plus clair.

Immobilier ancien : des logements moins chers et disponibles immédiatement

Dans le cadre d’un achat immobilier, 3 acheteurs sur 4 préfèrent l’ancien. La raison est tout d’abord esthétique puisque nombreux sont les français qui déclarent préférer le charme de l’ancien, la pierre et les matériaux chargés d’histoire. Mais le second motif moins évident et pourtant bien réel est financier. Un bien immobilier ancien, appartement ou maison, coute généralement moins cher qu’un logement neuf.
3 540 €/m²
Toute localisation et tout type de logement confondus, les dernières données de 2018 permettent d’établir à 3 540 €/m² le prix moyen d’un logement ancien et à 4 228 €/m² le prix d’un logement neuf.
C’est dans les grandes villes françaises que l’immobilier neuf est le plus onéreux. Le coût des terrains et les normes strictes obligent en effet les promoteurs à répercuter ces frais sur les prix de vente. L’immobilier ancien est donc plus accessible, mais avant tout en ville. Qui plus est, sauf cas particuliers, un bien ancien est disponible peu de temps après sa mise sur le marché. Contrairement aux logements neufs, notamment ceux en VEFA.

Immobilier neuf : une fiscalité avantageuse et le respect des normes

En revanche, pour les spécialistes, les logements neufs peuvent s’avérer plus rentables à terme. Si le foncier est plus cher au départ, la fiscalité est plutôt avantageuse. Les dispositifs tels que PTZ, Censi-Bouvard ou Pinel permettent d’obtenir des aides à l’achat ou des solutions de défiscalisation importantes. Qui plus est, les acquéreurs qui se lancent dans l’immobilier locatif peuvent bénéficier d’exonération de taxe foncière pendant 24 mois sous certaines conditions. Les frais d’acquisition, communément appelés frais de notaire, sont également plus intéressants. Ils représentent environ 3% du prix de vente pour un logement neuf contre 8% pour un bien dans l’ancien. Enfin, même si les logements neufs sont souvent excentrés par rapport aux cœurs des villes et sont moins authentiques, les installations dernière génération et le respect des nouvelles normes en matière d’économie d’énergie et de sécurité en font des investissements particulièrement sûrs. Alors que l’on peut rapidement être confronté à la réalisation de travaux importants dans un logement ancien, le neuf permet de différer ces obligations. Attention toutefois à prendre en compte tous les frais annexes qu’il est possible de rencontrer dans une résidence neuve qui comporterait de nombreux lots. Les frais d’entretien et les charges de copropriété peuvent dans ce cas être importants.