Devenez propriétaire
avec le prêt à taux zéro 2017 !

Les clés pour réussir son premier achat

Décider d’acquérir un bien immobilier n’est pas un acte anodin, surtout lorsqu’il s’agit de son premier achat. Portés par l’envie de devenir propriétaire, les primo-accédants doivent pourtant rester objectifs sur les tenants et aboutissants qu’impliquent l’acquisition d’un logement. De plus, la modification de certains de leurs avantages ne facilite pas l’accession à la propriété. Réussir son premier achat n’est donc pas aussi simple qu’il n’y paraît.

A faire avant de se lancer dans son premier achat

La toute première démarche à faire est de déterminer votre capacité d’emprunt. Il existe sur internet de nombreux simulateurs qui vous donneront une première idée. Toutefois, votre conseiller bancaire déterminera précisément vos possibilités et vous communiquera davantage de détails sur les assurances et options.

Renseignez-vous sur l’état du marché immobilier de la commune ou du département où vous souhaitez acheter. Pour cela, prenez connaissance du prix moyen au m², le ratio offres/demandes… Ensuite, définissez vos critères de sélection. Préférez-vous habiter dans du neuf ou dans de l’ancien, voulez-vous une maison ou un appartement ? Le choix de l’emplacement est également primordial dans un achat : en centre-ville pour avoir accès à toutes les infrastructures et commodités ou plus excentré pour être au calme ? Cette liste de critères n’est pas exhaustive, à vous de déterminer ce qui est le plus important pour vous.


Après avoir défini vos critères, cap sur les annonces immobilières et comparez les prix pour vérifier que les offres indiquées ne sont pas supérieures au prix du marché. Une fois votre sélection faite, vous allez rentrer dans le vif du sujet en visitant les biens. Pendant cette étape, vous devez vous projeter en tant que propriétaire et donc prendre le temps de tout observer. Surtout, posez des questions, ne restez pas sur des incertitudes. Et restez un maximum objectif.

Sachez qu’il faut entre 6 mois et un an pour trouver le bien idéal.

Pourquoi rester objectif ? Tout simplement parce que vous devez penser à une éventuelle revente. Ce qui vous plaît, ne sera pas forcément le cas des futurs acquéreurs…

 

La disparition de certaines aides au détriment des primo-accédants

Même s’ils représentent près de 40 % des acheteurs, les primo-accédants voient leurs aides diminuées progressivement et de ce fait le montant de leur emprunt. Jusqu’alors accordée aux ménages modestes dans n’importe quelle zone, l’APL accession dans le neuf est désormais destinée aux ménages qui achètent en zone détendue (zones B2 et C). Le PTZ connaît le même sort : La réduction passe à 20 % dans les zones B2 et C alors qu’elle reste à 40 % dans les zones tendues. Or la majorité des ménages habitent en zones détendues.

Ces difficultés freinent voire font renoncer certains ménages dans leur acte d’achat. Mais ces obstacles n’ont pas échappé à certains organismes bancaires et communes qui ont décidé de les soutenir.

En effet, plusieurs collectivités ont mis en place des aides qui leur sont destinées. La ville de Bordeaux leur propose le Passeport Premier Logement, qui est une aide de 3 000 € à 6 000 € selon les ressources du ménage. À Paris, les primo-accédants peuvent bénéficier du prêt Paris logement 0 %, lui aussi accordé sous conditions de ressources.

De leur côté les banques leur réservent souvent des taux plus faibles. Elles leur proposent également, à nouveau, des prêts sur 30 voir 35 ans. L’objectif est de « resolvabiliser » les ménages modestes et favoriser l’octroie de crédits aux primo-accédants. Ces durées leurs permettent d’emprunter un peu plus et donc de pouvoir acheter un bien immobilier.