Devenez propriétaire
avec le prêt à taux zéro 2017 !

Le PTZ séduit 70 % des primo-accédants

Prêt à 0 %, Prêt à Taux Zéro, Prêt à Taux Zéro +, le PTZ n’a cessé d’évoluer depuis sa création en 1995. Sans frais de dossier, il est attribué selon certaines conditions de ressources pour une durée maximale de remboursement de 25 ans. Il permet par ailleurs aux ménages les plus modestes d’accéder à la propriété.

Les primo-accédants en France

En termes de fiscalité et dans le cadre d’une demande d’aide financière, le primo-accédant est considéré comme tel s’il n’a pas acheté sa résidence principale dans les deux années précédent l’acquisition.
De leur côté, la baisse historique des taux d’intérêt en 2016 et les aides au financement ont contribué à favoriser l’accession à la propriété. Ainsi, les primo-accédants s’ils sont en majorité trentenaires, bénéficient d’un contexte favorable avec le financement à 100 % de certaines banques. La part de l’apport personnel dans l’enveloppe de financement n’a jamais été aussi basse et les jeunes de la génération Y, nés dans les années 80 à 2000 sont de plus en plus nombreux à sauter le pas. En 2016, ils représentaient 26 % des primo-accédants, derrière les trentenaires (42 %) mais devant les quadras (22 %). Evolution du profil des primo-accédants en France :
2015 2016
Age moyen au moment de la souscription du prêt 37,5 ans 38 ans
Part de l’apport personnel dans le financement 37 % 25 %
Part des primo-accédants ayant eu recours au PTZ 41 % 63 %

En 2016, 68 % des primo-accédants avaient moins de 40 ans. Parmi eux, 24 % ont mené à bien leur projet immobilier sans toutefois disposer d’un apport personnel. Plus généralement, les prêts aidés représentent près de 8 % de l’enveloppe globale de financement.

Parmi ces prêts, on trouve :  

Le PTZ et le PAS ont à eux seuls permis à 70 % des ménages faisant le choix du neuf, d’accéder à la propriété en 2016 et 2017. Si les deux dispositifs peuvent être cumulés, le PTZ, reconduit pour 4 ans dans certaines zones à partir de janvier 2018, est de loin l’aide la plus intéressante. Il est d’ailleurs le plus souvent contracté seul, en complément d’un prêt bancaire principal traditionnel.

En 2018, on estime que 108 000 ménages pourront bénéficier d’un PTZ contre 115 000 en 2016.